New York

Besoin de changement en ce moment, je travaille à la Défense pour une assurance d’un grand nom, j’y suis bien, mes collègues sont cool, les taches intéressantes, mais je me sens si malheureuse, la routine me pèse : métro, boulot, sport, dodo, une répétition qui me donne une boule au ventre, le sentiment que je ne suis pas faite pour cette vie.

Ma destiné est-elle d’être un robot ?

Cela fait un an, j’y pense fortement, dans le passé cela m’a causé des refus pour des bons postes et oui: l’Anglais, cette langue si indispensable aujourd’hui. Plus jeune, je n’aimais pas cette matière, ni les professeurs, j’ai beaucoup séché les cours, car je ne comprenais pas l’importance d’apprendre cette langue. Quelques années plus tard, je regrette, car ce manque m’empêche d’évoluer au niveau professionnel.

Je me sens bête d’avoir laissé passer toutes ces années. Je commence à économiser pour m’offrir un voyage aux Etats Unis afin de perfectionner mon anglais. Mais économiser ça prend du temps, je me demande si je vais y arriver.

Un jour, je reçois un courrier qui change tout. Suite à un accident de voiture remontant à quelques mois, on me dédommage d’une somme suffisante pour que je puisse enfin faire ce voyage dont j’ai tant rêvé. Dieu Merci, tu as entendu mes prières ! Somme réunie ! Je peux partir.

Un problème se met encore au travers de mon chemin. Le soir, je donne des cours de zumba ! Je me suis engagée pour une année, la seule condition pour partir, est de trouver un remplaçant !

Quelle pression, je me mets en quatre, je contacte tout mon répertoire, il me faut absolument un remplaçant ! Je déprime, car trouver un professeur en milieu d’année est vraiment dur. D’un contact à un autre, je trouve enfin quelqu’un, il fait deux tests ! Je suis plutôt satisfaite ! Je sais, je vais manquer à mes élèves, mais c’est pour mon grand bien de les quitter et elles me soutiennent.

Mercredi, je plaque tout, je démissionne, je prends un billet pour le lundi suivant. (ne manquez pas de prendre l’assurance). Je veux partir plus tôt, mais j’ai le mariage de la petite sœur de ma meilleure amie et leur mère ma fortement déconseillée de partir avant, que ma présence est importante dans ce mariage. Du coup, départ lundi, j’ai une pression, car uniquement le dimanche soir, j’ai la validation de ma réservation de location de chambre.

Au revoir, tout le monde, je pars 3 mois.

Personne n’en revient ! Hé oui, c’est réel, j’abandonne tout, je pars, au revoir Paris ! Pas le temps d’organiser. Un voyage trop préparer peut faire un barrage à l’apprentissage de la langue; l’aventure c’est mieux!!!

Le lundi 25 avril 2016, je m’envole pour de nouvelles aventures en direction de NEW YORK ! La compagnie aérienne United AIRLINES, est top ! Je vous la recommande, le vol se passe très bien, je n’ai personne à coté de moi de ce fait, je peux allonger tout mon long corps Ah! Ah! Ah! Quelle chance! Les hôtesses à bord sont à l’écoute, le vol part à l’heure, et même arrive avec 45 minutes d’avance.

Pendant le vol, je fais  connaissance avec Sophia, une jolie américaine une étudiante très intelligente qui parle plusieurs langues ! Tout va bien pour le moment. Arrivée à l’aéroport de Newalk la douane me fait patienter dans une salle pendant une heure et je subis un interrogatoire. À ce moment même, je regrette déjà ma démarche, je fais en sorte de garder mon calme. Après avoir fouillé mon téléphone, il me libère. OMG, j’ai survécu, mais je suis très contrariée, de devoir justifier sa venue dans leur pays.

L’aventure, vous connaissez! Non, il faut avoir un plan pour venir dans leur pays! Surtout ne passer jamais par l’aéroport du New Jersey: Newalk apparemment c ‘est leur spécialité d’em…… les gens (désolée de la vulgarité).

So Anyway, je monte dans un Uber et je me dirige au Bronx où je découvre mon appartement, « super design » mélangé d’ancien et de nouveau ; J’appréhendais beaucoup, ayant eu une mauvaise expérience avec Airbnb à Barcelone, cette location était leur dernière chance de se racheter au près de mes yeux et je ne suis pas déçue, faite attention à ce site! Il n’y a aucun tri entre les bonnes affaires et les mauvaises. Ce périple m’a littéralement épuisée, je me douche et me couche, demain sera un autre jour.

Le jour se lève à New York, je me lève, je vois, ma coloc dans la cuisine, je lui demande si elle peut me faire le tour  de paté de maison afin de me repérer! Avec un anglais difficile, je me fais tout de même comprendre, elle accepte. Je suis dans le Bronx, j’appréhende un peu le quartier, et ce que l’on voit à la télévision est VRAI ? est dangereux ? étant seul, sans amis, je vous avoue, j’ai peur. Mais cette crainte, s’est très vite effacée, en effet le Bronx, ressemble exactement à ce que l’on peut voir à la TV, ce n’est pas dangereux comme certains médias le prétendent ou il ne l’est plus, d’ailleurs New York est la ville où je me suis sentie le plus en sécurité, le gouvernement a mis en place des gros dispositifs pour que chaque citoyen des États Unis se sente protégé, des voitures de police à chaque sortie de métro, je vois bien les New-yorkais ont peur de commettre une infraction car pas de surci, ici en prison directe les gens ont peur du délit car la police est partout, et si rapide, qu’on n’a même pas le temps de penser qu’on les voit déjà prés de vous.

Au fur et à mesure des jours, je me sens en confiance les gens sont supers avenants, n’hésitent pas à vous aider, vous invitent à manger même si ils ne vous connaissent pas . Je constate deux types d’afro-américains bien distincts. Ceux qui ont fait des études et ont voyagé et ceux qui ne connaissent que leur ville et rien d’autre, ceux-là, sont sournois avec  les autres blacks d’autres pays. Déjà pourquoi pensent-ils que ce sont les Africains qui les ont vendus à l’esclavage ? Qui diffuse cette information, ils se méfient des blacks , ils pensent que l’on vient profiter de leur système économique, prendre leur travail qui leur est dû, beaucoup de mépris qui n’a pas lieu d’être.

Mes chers concitoyens black américains SVP, étudiez et prenez le temps de voyager, visitez lAfrique cela vous fera un grand bien !

Le pire dans une vie, est de ne pas connaitre d’où l’on vient et de vivre dans l’ignorance. OUVREZ VOUS AU MONDE…

Il y a un autre message que je veux faire passer  pour tous types de cultures, d’ethnies, de religions, enfin, tout le monde. Voilà ce que j’exprime : nos ancêtres se sont battus pour qu’on soit ce que nous sommes aujourd’hui, on ne l’a pas choisi, c’était leur combat, vous, à votre tour, ne vous arrêtez pas à ce qui s’est passé il y a un millénaire, votre combat c’est maintenant, battez-vous pour votre futur, pour vos enfants et vos petits-enfants, ne rabâchez pas le passé dont vous même ne connaissez pas les réelles circonstances, ne gardez pas une haine qui ne vous concerne plus actuellement, vivez le présent, les années de votre vie. Je ne dis pas qu’il faut oublier, au contraire, apprenez et servez-vous en, ne reproduisez pas les mêmes erreurs, aujourd’hui nous pouvons laisser un patrimoine culturel différent et positif à nos enfants qui eux, à leur tour, le feront perdurer et évoluer dans leur temps.

Revenons à « my life américaine ». Je prends mes marques, je me fonds dans la population, les gens me prennent pour une américaine, mais dès que je parle, ils comprennent très vite que « nan ahah ! » Et oui, l’anglais est si difficile pour moi, je ne relâche pas mes efforts.

Je cherche des cours d’anglais gratuits ! Malheureusement il faut s’engager sur 6 mois, je ne reste que 3 mois, alors je décide d’aller dans une école payante à 207 dollars /5 semaines, du lundi au vendredi de 10H à 12H, je ne suis pas déçue, ma prof est juste « trop top », vous avez vraiment envie d’apprendre sa méthode qui n’a juste rien à voir avec le système d’éducation français « Ha là là, la France est loin du compte » !!!

Je m’inscris à la salle de sport, je me crée une petite routine, je visite tous les sites touristiques.

« My first time » à Time Square « Wouahhhh AMAZING », mais j’ai été déçue car cette rue n’est pas si grande en vérité, même effet avec la Statue de La Liberté, elle ressemble plus à une statuette, dans mon imagination, elle est plus grande.

Dans ma colocation je me rencontre qu’ il y a une grande différence de culture ou d’éducation, mes « colocs » ne me mettent pas à l’aise, ils nettoient pas derrière eux, aucun effort, c’est moi qui dois m’adapter à eux ; bien éduquée, enfin je pense ! je ne rentre pas dans leur jeu. Au fils du temps je me fais des amis, je sors en soirée, je rencontre tous types de personnes des américains, des africains, des russes, des arabes et des indiens, certains parlent français, ils me font découvrir NYC, les petites adresses « top du top », les bon plans.

Ah ! NYC, toi qui ne dors jamais!!!. Cette ville est faite pour moi ? je m’y sens bien, heureuse, sans les soucis de la vie française, je me sens libre, légère, et ça se ressent sur mon visage, bon nombre de mes amis me disent «  dis donc, tu es plus belle depuis que t’es à NYC on te sent épanouie ! »  Et oui ! je vis une nouvelle vie, mais parfois je ressens des coups de blues, ma famille, mes amis me manquent, je ne dis pas que tout est facile là-bas. Je rame parfois, heureusement j’ai de l’aide sur place, je ne donne pas de nom « mais merci mes chers et tendres amis new yorkais » grâce  à vous, ce voyage est une réussite, dans ce récit je ne m’attarde pas sur les adresses, les coins à visiter, je vous prépare une annexe de cet article avec tous les bons plans.

J’ai envie de vous parler du Queens, ville de New York dont je suis totalement tombée amoureuse, étonnant « nan ? » ce n’est pas la 1ère ville dont on va entendre parler,   je pense qu’elle est laissée pour compte. Elle réunit tous les critères pour y vivre, une belle vie, loin de la frénésie…… de Manhattan ou Harlem, cette ville s’y trouve à 40 minutes du centre de Manhattan , j’ai un ami qui y réside. Ici on trouve tout particulièrement des pavillons, le matin on se lève avec le bruit des oiseaux, avec de magnifiques parcs, on peut y courir, faire son sport ou même juste se promener ou pique-niquer, dans certains quartiers …..il y a la plage, pas mal de personnes y font du surf, les maisons qui s’y trouvent en face, sont justes splendides, ce n’est peut -être pas une plage des Caraïbes, mais franchement quand vous habitez dans un pays comme New York et que vous avez le côté ville et le côté vacances et la plage réunis, vous avez juste à prendre le métro pour atteindre ces deux axes, vous avez tout gagné, moi personnellement j’ai besoin de ces deux cadres de vie. En effet c’est si important le choix du quartier où l’ on réside, ce n’est pas une décision à la légère, côté ville où tout est « speed » , les magasins sont toujours ouverts, non stop « les rooftop etc … ».

(Rooftop, c’est un bar sur le toit avec la vue des buldings illuminés, c’est à vous couper le souffle, don’t panic je vais vous donner les adresses) et le coté paisible, quand on est chez soi, les petits-déjeuners dans le jardin, les ballades au parc le dimanche, et les soirées de voisinage. Proposez moi un pays, une ville réunissant tous ces critères et je fais mes bagages sur le champ. Malheureusement, devenir résident américain n’est pas simple, les immigrés n’ont pas la vie facile, la plupart d’eux travaillent au black ou sinon se marient pour avoir les papiers « Ah! » cette fameuse « greencard », qui ne la voudrait pas franchement !

J’ai déménagé plusieurs fois à NYC, n’hésitez pas à louer des appartements dans différentes villes : Bronx, Queens, Manhattan, Brooklyn, tout est tellement différent dans chacune de ces villes. Si vous souhaitez apprendre l’anglais, privilégiez les quartiers où il y a le moins de touristes. Car vous apprendrez plus vite en vous immergeant dans un quartier où il n’y a que des américains. Les français sont beaucoup sur Harlem et Brooklyn.

« Ah! » Brooklyn, laissez-moi vous raconter mon 1er « 4 juillet » au pont Brooklyn. Un ami me rejoint, on attend ce fameux feu d’artifice, tous les New Yorkais s’y rendent pour l’observer, de la folie, le nombre de personne, on attend debout, on est bien placé, l’heure passe mais rien… C’est une blague, il doit commencer à 20h, il est 22h toujours rien, la pluie tombe, nous sommes trempés, personne ne bouge, on aperçoit des lumières dans le ciel de l’autre coté de la ville et là, on se dit qu’on s’est fait avoir, ce n’est pas le bon point de rendez-vous. On demande au policier : il nous dit de patienter, on est sur le point de partir et là, le voilà enfin, le show commence, la pluie s’ arrête juste avant, nos yeux brillent je le vois enfin, c’est réel Amazing firework. Faites-le si vous avez l’occasion.

Il ne faut pas que j’oublie de vous raconter « my first time au YANKEE STADIUM » pour un match de baseball, surtout ne prenez pas de caméra parce que c’est interdit. Des milliers de personnes se déplacent, incroyable, il y a une telle ambiance, ça vous porte, les gens boivent de la bière, crient, s’amusent, tous aussi joyeux. Dès que les joueurs réussissent un lancer, tout le monde saute, s’embrasse même s’ils ne vous connaissent pas « hahaha!!! ». Il y a de l’animation, chanteurs, danseurs, demandes en mariage, diffusion de messages sur les grands écrans, dès qu’un spectateur attrape une balle de match, la caméra vous visionne sur l’écran et une musique de « winner » retentit, on n’a pas le temps de s’ennuyer, ces américains, ce sont des « showman », rien à dire, c’est exactement comme je l’imaginais. J’aurais aimé voir un match de basket, mais la saison est finie (à faire).

J’ai des amis et de la famille qui sont de passage à New-York, cela me console, je me trouve moins seule, du coup j’en profite pour leur faire visiter, leur donner les bons plans. Je me sens comme chez moi, les Etats-Unis veulent-ils de moi ? Ce qui est sûr, il faut que je rentre avant le 23 juillet afin d’assister au mariage d’une copine. Mais je sais le retour sera plus que dur, retrouver ma vie d’avant, hors de question ! Pendant mon séjour je m’offre une petite escapade au Canada que je détaillerais dans un article. On s’adapte vite à la vie américaine, si vous êtes quelqu’un qui déborde d’énergie comme moi, vous ne pourrez que vous y plaire là-bas.

Je tiens à mettre un point d’honneur pour le métro New yorkais. Cette ville a vraiment des années d’avance, tout en conservant les créations premières et en les adaptant par rapport au temps. Savez-vous que le métro new yorkais est l’un des plus anciens dans le monde. C’est  de la folie car celui-ci fonctionne 24/24, oui, vous avez bien lu, 7/7 jours non stop. Aux oubliettes la voiture, vous pouvez sortir à n’importe quelle heure de chez vous et rentrer sans vous soucier du dernier train ou des personnes malveillantes qui errent dans les rues. Limite, j’ai l’impression que c’est un luxe, parfois, je pars à 22h30 de chez moi et je rentre le lendemain à 12h. Je navigue de quartier en quartier, je termine dans un parc en regardant le soleil se lever. Que de nostalgie.

Je n’ose pas faire ça à Paris « Ah! Ah! Ah! »

En effet New York ne dort pas, quand quelque chose se ferme autre chose s’ouvre, le business ne s’arrête pas et tout le monde y trouve son compte.

A New York vous pouvez prendre des taxis, ces fameux taxis jaunes, bien que « Uber » soit bien ancré, ils font partie de la culture new yorkaise. J’ai l’occasion de l’emprunter quelquefois mais pas sûre qu’il fasse gagner du temps et que ce soit rentable, en tous cas, à faire. A savoir, les personnes qui ne prennent que le taxi ont une mauvaise image du métro et risquent de vous le déconseiller, je vous assure que leurs aprioris sont « infondés ».

« Et oui! » un mauvais point sur la « bouffe» américaine, la première semaine, mes excréments étaient verts ou orange tellement la «bouffe » est juste « testostéronée ». Après avoir passé plusieurs jours à manger dehors, je comprends qu’il faut que je cuisine, sinon mon corps ne va pas supporter ce brutal changement alimentaire, et oui, en plus tous les deux pas il y a un fastfood, un food-truck où des personnes à la sauvette vous vendent des choses très appétissantes, du mexicain au libanais, et cela non-stop.

De nature avenante pour le coup, j’ai du mal à aller vers les gens, ne maîtrisant pas la langue, j’ai honte, je suis timide. Les américains font tout le boulot, « ouf »,   c’est une belle expérience et je reparte avec une meilleure maîtrise de cette langue sachant que je reviens de loin je vous l’assure ! Parfois je doute mais je suis sûre et convaincue que ce voyage allait m’apporter beaucoup, je ne suis pas déçue.

Je rentre le cœur serré, je me suis faite bichonner pour l‘occasion à moindre prix en passant pas les offres « groupon de New-York », une merveille étant donné le mariage de mon amie juste après !

Voilà mon ami Uber doit venir me récupérer pour me déposer à l aéroport, or il est très en retard, à croire que c’est lui qui ne veut pas je parte. Le plus étonnant c’est qu’à plusieurs reprises, je pensais raccourcir mon séjour américain mais le jour du départ je me sens tellement mal de devoir quitter cette aventure, affronter la réalité et devoir laisser mes nouveaux amis, clairement, je ne veux plus rentrer ( bon en même temps je n’ai plus de sous) Ha!Ha! Ha!

Bizarrement je me sens « free » dans ce pays si règlementé mais avec tant d’opportunités.

A l’heure d’aujourd’hui, où je vous parle, j’ ai une boule au ventre, si je pouvais remonter le temps…

Je reviendrais…. I MISS YOU NYC

J’allais complètement oublier de vous raconter ma mésaventure chez le docteur suite à une infection.
Thank you God j’avais pris l’assurance voilà la note : 350 dollars X2 parce que j’ai eu deux consultations ! Mais d’où j’allais sortir l’argent, ces Américains sont trop dans l’abus parfois.
Plus tard, j’apprends que j’aurais pu passer par l’hôpital, remplir une fiche de renseignements et payer que 15 dollars système mis en place par Obama pour les pauvres sans sécurité sociale.
Bien-sûre, vous faites la queue pendant des heures et des heures, mais bon, heureusement l’assurance avait pris tout en charge.

Vous souhaitez franchir le cap, effacer vos doutes, et votre situation actuelle vous freine !

Laissez-moi vous dire : vous ne connaîtrez jamais l’étendue de vos capacités si vous n’osez pas !

Foncez, ne vous posez pas de questions, « just GO » !

Soyez l’attaquant de votre vie.

Investissez-vous en vous-même et enrichissez-vous !

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *